Formula 1

 Comment résister aux sirènes du progrès quand on est dans une dynamique de survie ?

Prochaines représentations :
18-22-11.2020  Oriental-Vevey | Infos & Réservations Annulé
03-06-12.2020  La Grange de Dorigny | Lausanne | Infos & Réservations  Annulé
09-12-12.2020  Théâtre Le Châtelard | Ferney-Voltaire | 19h | Réservations : +33 (0)450 28 26 40 |  Annulé 

Texte Lina Prosa
Mise en scène Simone Audemars
Jeu Vincent Babel | Ahmed Belbachir | Eliot Bühlmann | Hélène Firla | Daniel Perrin  
Assistanat de mise en scène Salvatore Orlando
Scénographie Vincent Lemaire
Costumes Coralie Chauvin
Lumières Jean-Philippe Monteiro
Musique Daniel Perrin
Construction décor L’Illustre Atelier – Serge Perret
Production L’Askéné (CH)
Coproduction Oriental-Vevey | La Grange de Dorigny (CH) | Compagnie FOR (FR) | La Servante(B)

L’amour que se portent Primo et Esmeralda, qui vivent tous deux dans un endroit de la forêt amazonienne, ne s’accommode pas de la modernité. Le rapport qui les unit l’un à l’autre célèbre le temps, la lenteur, le respect, la confiance dans le verbe poétique – seuls capables de rendre compte de la beauté de leur vie. Quand une émotion les étreint, chacun octroie à l’autre un prénom supplémentaire. Au début de l’histoire, Primo en compte déjà huit, Esmeralda six.
Alors que Primo est sommé par un homme pressé de traverser la grande route Ayrton Senna pour aller exploiter du caoutchouc dans la forêt – maigre espoir pour lui de sortir de sa misère –, Esmeralda est prise d’un pressentiment et évoque avec lui l’emplacement de leurs tombes dans l’enclos qui entoure leur maison. La confrontation de Primo avec le monde du travail – proche de l’esclavage a vite raison de lui. Demeurée seule, Esmeralda reçoit la visite de leur fils Thiago, parti depuis longtemps « faire des études » : il partagera avec elle un secret aussi lourd dans ses conséquences qu’il a été lumineux dans son avènement.

Le titre est emprunté à Ayrton Senna, pilote de Formule 1, dont le nom a été donné à une autoroute brésilienne. Dans le texte de Prosa, elle est déchirure, balafre au milieu de la terre originelle. Source de fascination, elle conditionne les esprits, force à imaginer ce qui se trouve de l’autre côté, quitte à se perdre. Dans Formula 1, la route est synonyme de mort, pas d’exploit. La vitesse tue, comme elle a tué Ayrton Senna.Dans une langue tissée de poésie où le temps se plisse et l’espace se dilate, l’écriture de Lina Prosa offre une perception du sensible hors du commun.

Inédit (jamais mis en scène, ni publié), ce texte a été présenté en lecture au Théâtre du Vieux-Colombier à Paris, le 17 juin 2019 dans le cadre du Cycle de lectures d’auteurs contemporains.

Dramaturge et metteure en scène, Lina Prosa vit à Palerme où elle dirige l’espace de recherche théâtrale « MigraTeatro », dans le cadre du ProgettoAmazzone (Mythe – Science – Théâtre), en collaboration avec Anna Barbera. Lauréate en 2015 du Prix de la Critique théâtrale italienne pour la Dramaturgie, elle est la première auteure italienne et metteure en scène contemporaine dont un texte (Trilogie du Naufrage : Lampedusa Beach, Lampedusa Snow et Lampedusa Way) est entré au répertoire de la Comédie-Française.