Vinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo Slider

 

LES 6 ET 7 FÉVRIER 2016

De Louis-Ferdinand Céline

Montage réalisé pour la scène et Mise en scène Philippe Sireuil

Avec Hélène Firla

Scénographie et costume Roland Deville

Régie Générale Dorian Nahoun

« Ça a débuté comme ça. Voilà-t-y pas que juste devant le café où nous étions attablés place Clichy un régiment se met à passer, et avec le colonel par-devant sur son cheval, et même qu’il avait l’air bien gentil et richement gaillard, le colonel ! Moi, je ne fis qu’un bond d’enthousiasme. – J’vais voir si c’est ainsi ! que je crie à Arthur, et me voici parti à m’engager, et au pas de course encore. »

Voyage au bout de la nuit, c’est un chef-d’œuvre de l’entre-deux guerres, un texte qui semble fait pour être écouté. Un récit à la première personne – celui de Bardamu, héros-narrateur, soldat réchappé de l’enfer de la Grande Guerre –, un « roman-voix » qui tranche et qui s’impose. Un style unique – que Céline qualifiera plus tard de « métro émotif » – entre immédiateté de la parole jetée sur la page et tenue d’une plume qui choisit ses mots ; entre simulacre d’oralité et précision de la langue. C’est dans cette tension permanente que réside la jouissance, l’immense beauté du texte.

Hélène Firla, cigarette roulée vissée entre les lèvres, large costume d’homme et chapeau melon, est stupéfiante. Bardamu incarné par une femme... Une trouvaille signée Philippe Sireuil, qui, avec cette admirable adaptation scénique, restitue au texte son étrangeté, sa grandeur, sa violence.

Voyage au bout de la nuit a été créé en septembre 2014. Il revient pour deux soirs au Châtelard après avoir fait escale à la Comédie Genève et au Théâtre de la Place des Martyrs à Bruxelles.

Louis-Ferdinand Céline est adulé et honni. Il est à la fois l’auteur de Voyage au bout de la nuit, de Mort à crédit, et celui de pamphlets antisémites aussi nauséabonds que délirants. Il est le pacifiste qui a dénoncé les horreurs de la Grande Guerre et l’homme qui s’est compromis avec les plus extrémistes des collaborateurs sous l’Occupation. 

Production Cie FOR

Coproduction La Comédie de Genève l LA SERVANTE Bruxelles

Voyage au bout ...
Voyage au bout ...
Voyage au bout ...
Voyage au bout ...
Voyage au bout ...
Voyage au bout ...
Voyage au bout ...
Voyage au bout ...
Voyage au bout ...
Voyage au bout ...
Voyage au bout ...

Ferney - Voltaire logo Logo l'Ain Rhones-Alpes logo Radio Zones Logo