Vinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo Slider

du 6 au 7 décembre 2014

 

Sur des textes de Hélène Cixous | Tahar ben Jelloun | Aminata Traoré | Alain Mabankou | Fatou Diomé | Marie-Claire Caloz-Tschopp | Franz Kafka | Mahmoud Darwich  et des témoignages de migrants.

Une lecture mise en espace sur le thème de la migration et de l'exil

Avec Jane Friedrich |Martine Paschoud | Marie-Claire Roulin, accordéoniste

Scénographie Gilles Lambert

Lumières  Danielle Milovic

La migration fait partie de l'histoire humaine. De tous temps les populations ont migré, à la recherche de terres nouvelles, ou chassées par les envahisseurs, les guerres, les catastrophes naturelles. De nos jours la migration est devenue une question de survie pour des millions d'êtres humains, contraints à l'exil par les conditions économiques, politiques et sociales de leurs pays où ils ne trouvent plus ni travail ni possibilités de survie. Ils prennent alors le risque de tout quitter et de rejoindre, au péril de leur vie, les pays du Nord dont ils rêvent comme d'un Eldorado.

Mais cette Europe de rêve est en réalité une forteresse, entourée de murs visibles et invisibles, bien défendue par son système Frontex  et un filet serré de lois sur l'asile de plus en plus répressives et inhumaines. Le long et dangereux trajet des migrants peut les conduire à la mort (les disparus en mer se comptent par milliers); le plus souvent il débouche sur une admission provisoire, sur la rétention, et le renvoi : ceux et celles qui obtiennent un permis de séjour, après d'innombrables démarches et tracasseries administratives, sont de moins en moins nombreux. Très rarement, dans les MURS de l'Occident, s'ouvrent quelques FENETRES pour accueillir celles et ceux qui ont tout risqué pour reconstruire une vie nouvelle. C'est à eux que nous donnons la parole.

En première partie

Proposition d’attribution d’insignes aux mendiants de toutes les paroisses de Dublin par le doyen de Saint-Patrick

De Jonathan Swift

Avec Vincent Babel

Comment faire pour distinguer un bon d’un mauvais mendiant ?

Ce petit pamphlet de Swift écrit en 1737 traite de l’accueil qu’il faut réserver aux mendiants des paroisses de Dublin et de l’étranger. La solution est simple pour le doyen de l’Hospice des pauvres de Saint-Patrick : un insigne accolé sur l’épaule des mendiants permettra très rapidement d’identifier ceux qui méritent une aide et ceux qui ne la méritent pas.

Le texte est drôle, cinglant, terriblement décapant.

 

Spectacle dès 14 ans

Production Compagnie FOR

 

Ferney - Voltaire logo Logo l'Ain Rhones-Alpes logo Radio Zones Logo