Vinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo Slider

 

De nos enfants, mon frère, allons pleurer la cendre. Voltaire

Le 28 juin 1914, sous les coups d’un nationaliste serbe de Bosnie, mourait à Sarajevo l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône austro-hongrois.

Cet acte précipita l’Europe et le reste du monde dans une guerre qualifiée de «totale». A feu et à sang pendant plus de 4 ans, le bilan en pertes humaines fut considérable : 9 millions de morts et 20 millions de blessés furent dénombrés. Des peuples décimés, des paysages dévastés, des frontières modifiées, les conséquences de la Première Guerre mondiale furent sans commune mesure avec ce que l’humanité avait connu jusqu’alors.

Nous ne pouvions pas faire l’impasse sur cette année de commémoration.

Appelés à nous interroger sur l’héritage du siècle des Lumières, nous sommes allés puiser chez Voltaire, à travers certains des articles de son Dictionnaire philosophique, chez Diderot et chez Kant, ce que chacun d’eux avait saisi de la guerre et de la paix.

Nous nous sommes également penchés sur les traces laissées par cette guerre sans précédent au sein de la société et dans le domaine des arts.

Ainsi, à travers trois créations, nous mettrons en scène le choc de la pensée optimiste des Lumières avec la cruauté de ce conflit. Cinq jeunes comédiens et quelques musiciens seront les ambassadeurs de notre réflexion. Porteurs d’une parole critique et d’un message de paix, ils nous accompagneront tout au long du printemps.

Nos créations encadreront deux accueils Joue-moi quelque chose du Théâtre Spirale et Le Tombeau des baigneuses de la Cie des Infortunes, compagnies déjà programmées au Châtelard ces dernières années et dont nous apprécions le ludisme et les qualités interprétatives.

Simone Audemars

 

 

Agenda 2016-17

voir le programme

Découvrez le programme pour les mois de septembre 2016 à avril 2017

 

SEMIRAMIS

3 FÉVRIER 2017

Pour la première fois depuis le XVIIIe siècle et la venue d’Henri Lekain, des sociétaires de la Comédie française reviennent à Ferney et célèbrent son patriarche avec l’une de ses tragédies les plus abouties.

 

 

 

 

 

ateliers & formations

cursus d'art dramatique

Dans le cadre du conservatoire de musique et de danse à rayonnement communal de Ferney-Voltaire, FOR propose deux cycles de formation en art dramatique, sous la forme d’un atelier hebdomadaire à l’intention des 13/19 ans.